Publications liées

Thèmes :

 


 

Nature et bien-être

1.

Pour citer cet article : Molsher, R. & Townsend, M. (2016). Improving Wellbeing and Environmental Stewardship Through Volunteering in Nature. EcoHealth. 13. 151-155.

Abstract :Environmental volunteering (EV) can provide a unique way to optimise the wellbeing of participants while fostering environmental stewardship. However, the potential of EV to create human health benefits remains an under-researched area. This study provides evidence for improved wellbeing and mood state for 32 participants from diverse backgrounds undertaking EV activities. Most participants also reported improved environmental stewardship with a greatly improved understanding of the environment and the need to conserve it. Other benefits included: 31% of those seeking work obtained it; and 50% joined a volunteer group at program completion. EV provides a unique mechanism to enhance the wellbeing of the participants, while conserving the environment.

Résumé :Le bénévolat environnemental (BV) peut être un moyen unique pour optimiser le bien-être des participants, tout en favorisant la gestion de l’environnement. Cependant, le potentiel du BV pour créer des avantages pour la santé humaine reste un domaine sous-étudié. Cette étude fournit des preuves d’amélioration du bien-être et de l’état d’esprit de 32 participants différents qui entreprennent des activités de BV. La plupart des participants ont également signalé une meilleure sensibilisation environnementale, une meilleure compréhension de l’environnement et du besoin de la conserver. Autres avantages incluent : 31% de ceux qui en recherche d’emploi en ont trouvé un ; et 50% ont rejoint un groupe de bénévoles à la fin du programme. Le BV est un mécanisme unique pour améliorer le bien-être des participants, tout en conservant l’environnement.

Pour en savoir plus : https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10393-015-1089-1 (accès payant)

2.

Pour citer cet article : Wiens, Varpu, Kyngäs, Helvi & Pölkki, Tarja (2016). The meaning of seasonal changes, nature, and animals for adolescent girls’ wellbeing in northern Finland: A qualitative descriptive study. International Journal of Qualitative Studies on Health and Well-being. 11. 30160. 15. 1-14.

Abstract : Wellbeing is complex, holistic, and subjectively perceived. Issues such as gender, age, and environment seem to affect it. Therefore, the aim of this qualitative study was to describe the meaning of seasonal changes, nature, and animals towards 1316-year-old girls’ wellbeing in Northern Finland. In the spring of 2014, through purposive sampling, a total of 19 girls participated in semi-structured interviews from various parts of Northern Finland. The data were analysed using content analysis. Afterwards, the analysis combining the category participatory involvement with environment was found, and this consisted of three main categories: adaptation to seasonal changes, restorative nature, and empowering interactivity with animals. Seasonal changes had an effect on girls’ wellbeing; in the summertime, they felt happy and vivacious, active, and outgoing. Instead, during the winter months, girls’ mood and activity seemed to be lower and they felt lazier and depressed. Nature brought mainly positive feelings to girls; being in nature was experienced as liberating and relaxing, and it offered opportunities to relax and have sensory perceptions. Interaction with animals was perceived as empowering. They were experienced as altruistic and comforting companions. Animals were important to girls, and they contributed to girls’ lives through positive effects towards their mental and physical wellbeing. Based on the results of this study, we can recommend that being in nature and interacting with animals should be supported because they seem to have benefits towards adolescent girls’ health and wellbeing. In order to facilitate the negative effects of winter, the school days should be arranged in such a way that it would be possible for girls to have outdoor activities during the daytime. The challenge for the future is perhaps the purposeful utilisation of nature’s and the animals’ positive effects towards their wellbeing.

Résumé : Le bien-être est complexe, holistique et subjectivement perçu. Des questions telles que le sexe, l’âge et l’environnement semblent l’affecter. Par conséquent, le but de cette étude qualitative était de décrire la signification des changements saisonniers, de la nature et des animaux vis-à-vis du bien-être des filles de 13 à 16 ans dans le nord de la Finlande. Au printemps 2014, au moyen d’un échantillonnage raisonné, 19 filles ont participé à des entretiens semi-structurées dans diverses régions du nord de la Finlande. Les données ont été analysées en utilisant l’analyse de contenu. Par la suite, l’analyse combinant la catégorie participation avec l’environnement a été trouvée, et celle-ci comprenait trois catégories principales : l’adaptation aux changements saisonniers, la nature réparatrice et l’interaction encourageante avec les animaux. Les changements saisonniers ont eu un effet sur le bien-être des filles; en été, elles se sentaient heureuses et vives, actives et extraverties. Pendant les mois d’hiver, l’humeur et l’activité des filles semblaient être plus faibles et elles se sentaient plus paresseuses et déprimées. La nature a apporté principalement des sentiments positifs aux filles ; être dans la nature était vécu comme libérateur et relaxant, et cela offrait des occasions de se détendre et d’avoir des perceptions sensorielles. L’interaction avec les animaux était perçue comme un facteur d’autonomisation. Ils ont été vécus comme compagnons altruistes et réconfortants. Les animaux étaient importants pour les filles et contribuaient à la vie des filles grâce à des effets positifs sur leur bien-être mental et physique. Sur la base des résultats de cette étude, nous pouvons recommander que le fait d’être dans la nature et d’interagir avec les animaux devrait être soutenu car ils semblent avoir des avantages pour la santé et le bien-être des adolescentes. Afin de faciliter les effets négatifs de l’hiver, les journées scolaires devraient être organisées de manière à ce que les filles puissent pratiquer des activités en plein air pendant la journée. Le défi pour l’avenir est peut-être l’utilisation délibérée des effets positifs de la nature et des animaux sur leur bien-être.

Pour en savoir plus : http://dx.doi.org/10.3402/qhw.v11.30160 (accès gratuit)

3.

Pour citer cet article : Bragg, Rachel (2014). Nature-based interventions for mental wellbeing and sustainable behaviour: the potential for green care in the UK. Dissertation/Thesis. University of Essex.

Abstract : Tackling major public health issues such as rising inactivity levels, mental ill-health and social isolation, together with environmental concerns that people are increasingly disconnected from nature, are high priorities for the UK. Exploring effective approaches is paramount as there is a growing recognition that the health and wellbeing of people and of nature are inextricably linked. Evidence increasingly shows that exposure to the natural environment positively affects physical health and mental wellbeing and increases the desire to protect nature.

Résumé : S’attaquer aux problèmes majeurs de santé publique tels que l’augmentation des niveaux d’inactivité, la mauvaise santé mentale et l’isolement social, ainsi que les préoccupations environnementales que les gens sont de plus en plus déconnectés de la nature, sont des priorités pour le Royaume-Uni. Explorer des approches efficaces est primordial car il est de plus en plus reconnu que la santé et le bien-être des personnes et de la nature sont inextricablement liés. Les preuves montrent de plus en plus que l’exposition à l’environnement naturel affecte positivement la santé physique et le bien-être mental et augmente le désir de protéger la nature.

Pour en savoir plus : http://ethos.bl.uk/OrderDetails.do?uin=uk.bl.ethos.635893 (identifiant obligatoire)

4.

Pour citer cet article : Webber, Jo (2013). Allotment gardening, connectedness to nature and wellbeing. Dissertation/Thesis. Canterbury Christ Church University.

Abstract : The potential for green interventions to promote mental wellbeing and reduce mental distress is increasingly being recognised (Mind, 2007). Preliminary evidence suggests that allotment gardening activities may have a significant effect on mental wellbeing, but a paucity of research, particularly in non-clinical populations, has been highlighted (Partridge, 2010). A cross-sectional online survey of 171 allotment gardeners was conducted. Measures of subjective wellbeing (quality of life), eudaimonic wellbeing, connectedness to nature and preference for solitude were administered. Qualitative data were also collected through open-ended questions. Allotment gardeners’ scores on measures of environmental quality of life and eudaimonic well-being were significantly higher than those reported in the literature, but social quality of life was lower in allotment gardeners. Regression analysis showed that time spent on the allotment during summer predicted eudaimonic well-being. This relationship was fully mediated by feelings of connectedness to nature. A relationship was observed between spending time on the allotment and preference for solitude. Four main themes emerged from the qualitative data: allotments provided a space of one’s own, meaningful activity, increased feelings of connectedness, and improved physical and mental health. The results suggest that allotment gardening is associated with increased eudaimonic well-being, but not subjective wellbeing (also referred to as hedonic well-being). Furthermore, a mechanism through which allotment gardening enhances well-being is suggested: increased connectedness to nature. Limitations of the current study and clinical and research implications are discussed.

Résumé : Le potentiel des interventions vertes pour promouvoir le bien-être mental et réduire la détresse mentale est de plus en plus reconnu (Mind, 2007). Des données préliminaires suggèrent que les activités de jardinage peuvent avoir un effet significatif sur le bien-être mental, mais un manque de recherche, en particulier dans les populations non-cliniques, a été souligné (Partridge, 2010). Un sondage en ligne transversal auprès de 171 jardiniers associés a été mené. Des mesures du bien-être subjectif (qualité de vie), du bien-être eudémonique, de la connectivité avec la nature et de la préférence pour la solitude ont été administrées. Des données qualitatives ont également été collectées à travers des questions ouvertes. Les scores des jardiniers associés aux mesures de la qualité de vie environnementale et du bien-être eudémonique étaient significativement plus élevés que ceux rapportés dans la littérature, mais la qualité de vie sociale était plus faible chez les jardiniers associés. L’analyse de régression a montré que le temps passé dans le jardin partagé pendant l’été prédit le bien-être eudémonique. Cette relation était entièrement médiatisée par des sentiments de connexion à la nature. Une relation a été observée entre passer du temps dans le jardin partagé et préférer la solitude. Quatre thèmes principaux ont émergé des données qualitatives : les attributions fournissent un espace propre, une activité significative, un sentiment accru de connectivité et une meilleure santé physique et mentale. Les résultats suggèrent que le jardinage partagé est associé à un bien-être eudémonique accru, mais pas au bien-être subjectif (aussi appelé bien-être hédonique). En outre, un mécanisme à travers lequel le jardinage partagé améliore le bien-être est suggéré : la connectivité à la nature augmente. Les limites de l’étude actuelle et les implications cliniques et de recherche sont discutées.

Pour en savoir plus : http://create.canterbury.ac.uk/12481/1/Jo_Webber_MRP_2013.pdf (accès gratuit)

5.

Pour citer cet article : Guéguen N., Meineri, S. (2012) : Pourquoi la nature nous fait du bien, petites expériences de psychologie, Dunod, 288 pages

Résumé : Ces dix dernières  années, de nombreuses recherches en psychologie ont porté sur la psychologie de l’écologie et de l’environnement durable. Cet ouvrage retrace, de manière ludique et vivante, 100 expériences menées en laboratoire ou sur le terrain, qui démontrent l’influence qu’exercent l’environnement physique et les composantes de cet environnement sur l’être humain. On  trouve par exemple des études : sur les effets des allées boisées sur les passants dans des villes ; sur la présence de mini-parcs boisés et fleuris sur le sentiment de sécurité et le respect de l’environnement, la délinquance et les incivilités ; sur l’impact de fleurs et de plantes sur les lieux de travail, dans les salles de cours à l’école, dans les chambres d’hôpitaux…L’architecture et l’urbanisme. L’impact des fleurs et des plantes. Les effets physiologiques de la nature. Les effets psychologiques de la nature. Les éco-citoyens. Exemples de questions : Pourquoi les arbres et plantes situés au bord des routes nous rendent-ils plus prudents au volant ? Pourquoi des grands arbres plantés dans les villes diminuent-ils la délinquance, la violence et l’insécurité ? Pourquoi vaut-il mieux draguer devant un fleuriste que devant une boulangerie ? Pourquoi y a-t-il moins de chahut dans une salle de classe où il y a une plante verte ? Pourquoi y a-t-il moins de complications post-opératoires dans un hôpital entouré de verdure ? Pourquoi le chant des oiseaux endort-il votre bébé ? Pourquoi les personnes dépressives doivent-elles jardiner ?

Pour en savoir plus : https://www.dunod.com/sciences-humaines-et-sociales/pourquoi-nature-nous-fait-du-bien (accès limité payant)

6.

Pour citer cet article : Lambin, Eric (2009) : Une écologie du bonheur, Éditions Le Pommier, Les Essais du Pommier

Résumé : Défendre l’environnement revient-il à défendre notre bonheur ? Quelques pays ouvrent la voie – Costa Rica, Bhoutan – avec des programmes de développement novateurs. Il n’empêche, le tableau reste sombre : l’homme est déjà sévèrement séparé de la nature et il existe un clivage immense entre pays riches et pays pauvres. Les conséquences de ce double constat : émergence de nouvelles maladies ainsi que de nouvelles sources d’insécurité pourraient en être les premiers symptômes. Cet ouvrage offre une synthèse claire, remarquablement documentée, de l’interaction entre le bonheur humain et l’environnement. Il témoigne de l’importance pour l’homme des satisfactions émotionnelles et spirituelles qu’il éprouve au travers de l’expérience de son appartenance au monde naturel.

Pour en savoir plus : https://www.editions-lepommier.fr/une-ecologie-du-bonheur (accès payant)

7.

Pour citer cet article : Chanial, P. (2013). La nature donne-t-elle pour de bon ? L’éthique de la Terre vue du don. Revue du MAUSS, 42,(2), 83-96. doi:10.3917/rdm.042.0083.

Résumé : Pourquoi devrions-nous honorer la nature, la respecter, lui donner – ou lui rendre – quoi que ce soit ? Est-il si sûr qu’elle (nous) donne pour de bon ? L’article se propose d’interroger cette figure d’une nature donatrice pour en pointer tout à la fois la profonde ambivalence et l’urgente nécessité. À mesure que s’accroît notre capacité de destruction de notre environnement, avons-nous d’autre choix que de faire le pari du don ? Prolonger l’éthique du don en une éthique de la Terre pourrait alors signifier que l’homme n’assurera durablement son séjour et son bonheur sur terre que s’il respecte la nature inconditionnellement et sans calcul. Paradoxalement, plus nous valoriserons la nature pour son propre compte, mieux nous pourrons en user pour notre propre compte.

Pour en savoir plus : https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2013-2-page-83.htm (Accès gratuit)

 


 

>Nature et paix

1.

Pour citer cet article : Norris, Jeff (2016). Biodiversity and Peace: Where Technology and Montessori Come Together in the Children’s Eternal Rainforest, Costa Rica. NAMTA Conference: “A Montessori Integrated Approach to Science, Mathematics, Technology, and the Environment.” 31 March-3 April 2016.

Abstract : Jeff Norris, initially shocked by the Montessorians who are calling technology into question, states that technology can offer a means of development for the child who is concurrently supporting and learning from the rich and overpowering biodiversity of the rainforest. He speaks for the Children’s Eternal Rainforest citizen’s science as well as the combined visit to the United Nations’ University for Peace offered by the Montessori Institute for the Science of Peace. He extols the three-period lesson and independent group research as useful, interpretive-learning approaches that awaken the interest of each student. The final goal is that all participants will reach a harmony with the forest, with nature, and with oneself by seeking balance in their daily occupations or work cycle.

Résumé : Jeff Norris, d’abord choqué par les Montessoriens qui se méfient de la technologie, déclare qu’elle peut offrir un moyen de développement pour l’enfant qui est soutenu et apprend grâce la riche et abondante biodiversité de la forêt tropicale. Il parle des sciences participatives de Children’s Eternal Rainforest (La forêt éternelle des enfants) ainsi que de la visite combinée à l’Université pour la paix (UPEACE) des Nations Unies offerte par l’Institut Montessori pour la science de la paix. Il fait l’éloge de la leçon de trois périodes et de la recherche de groupe indépendante comme des approches utiles d’interprétation-apprentissage qui éveillent l’intérêt de chaque élève. L’objectif final est que tous les participants atteindront une harmonie avec la forêt, avec la nature, et avec soi-même en cherchant l’équilibre dans leurs occupations quotidiennes ou cycles de travail.

Pour en savoir plus : https://files.eric.ed.gov/fulltext/EJ1112223.pdf (accès gratuit)

2.

Pour citer cet article : Milburn, Richard (2014). The roots to peace in the Democratic Republic of Congo: conservation as a platform for green development. International Affairs. 90. 4. 871–887.

Abstract : The Democratic Republic of Congo (DRC) is endowed with a wealth of natural resources, and the presence of high-value minerals such as coltan and diamonds is well known. The country is also endowed with a wealth of biodiversity, although the value of this is often overlooked. The DRC ranks fifth in terms of the most biodiverse countries in the world; it is home to a plethora of endemic species of both flora and fauna and contains the second largest rainforest in the world, smaller only than the Amazon. This range of flora and fauna has suffered enormously from the effects of armed conflict in the country over the past two decades, and many wildlife populations have been decimated. In spite of destruction through conflict, key populations and ecosystems still remain and they are crucial for the country’s development and the world’s fight against climate change. The DRC’s conflict is complex and poorly understood. It has exacted an enormous toll of human suffering in the country, where over five million people have died. It is therefore of the utmost importance to identify contributory factors to the conflict and methods to help end it; and to find ways to promote development to lift the people out of poverty and enable them to move to sustainable economic growth. This article examines the role biodiversity can play in this process. The combination of a wealth of biodiversity, the poverty of the majority of the population, and almost two decades of inter- and intrastate armed conflict (which continues to this day) make the country an excellent case-study through which to examine the interaction of biodiversity, armed conflict and development. The author’s experience working with gorilla conservation organizations in the eastern part of the country has provided an insight into the damage caused by conflict to this valuable biodiversity and the continuing threats of further damage, as well as the methods being employed to protect biodiversity and to help communities develop. This experience is combined with ongoing research that draws on evidence from other regions in the DRC and around the world to evaluate not only how valuable biodiversity is, but also how that value can most effectively be realized. The analysis contained in this article describes the impact of armed conflict on biodiversity in the DRC and finds that it is overwhelmingly negative, with the sole exception of low deforestation rates attributable to the persistent insecurity that has served to limit timber exploitation and which has acted as an effective means of protection. The possibility of peace returning to the DRC, however, brings with it significant threats of environmental degradation, which in turn could undermine the ability of the country and its people to recover from conflict. The article outlines the threats of biodiversity loss to both the DRC and the international community—the danger of lost key carbon sinks thus contributing to increased climate change—to demonstrate the importance of biodiversity as a security concern. It then proceeds to outline the methods currently being used to protect biodiversity and to effectively realize its value in terms of both ecosystem services and monetary income. From this, the article draws broader conclusions about the importance of biodiversity conservation for improving security and promoting development, arguing that the false dichotomy of conservation and development as separate entities and objectives needs to change, with conservation becoming a central pillar of security and development work. In this respect, it may be argued, the example of the DRC holds lessons for other regions around the world affected by current or recent armed conflict.

Résumé : La République Démocratique du Congo (RDC) est dotée de ressources naturelles abondantes et la présence de minéraux de grande valeur tels que le coltan et les diamants est bien connue. Le pays est également doté d’une richesse de biodiversité, bien que la valeur de ceci soit souvent négligée. La RDC se classe au cinquième rang des pays les plus riches en biodiversité du monde. Il abrite une pléthore d’espèces endémiques de la flore et de la faune et contient la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, plus petite que l’Amazonie. Cette gamme de faune et de flore a énormément souffert des effets des conflits armés dans le pays au cours des deux dernières décennies, et de nombreuses populations sauvages ont été décimées. En dépit de la destruction par le conflit, les populations clés et les écosystèmes restent encore et ils sont cruciaux pour le développement du pays et la lutte mondiale contre le changement climatique. Le conflit de la RDC est complexe et mal compris. Il a exigé un nombre énorme de souffrances humaines dans le pays, où plus de cinq millions de personnes sont mortes. Il est donc de la plus haute importance d’identifier les facteurs contribuant au conflit et les méthodes pour y mettre un terme ; et de trouver des moyens de promouvoir le développement pour sortir les gens de la pauvreté et leur permettre de progresser vers une croissance économique durable. Cet article examine le rôle que peut jouer la biodiversité dans ce processus. La combinaison de la richesse de la biodiversité, de la pauvreté de la majorité de la population et de près de deux décennies de conflit armé inter- et intra-étatique (qui continue à ce jour) fait du pays une excellente étude de cas pour examiner l’interaction de la biodiversité, du conflit armé et du développement. L’expérience de l’auteur travaillant avec les organisations de conservation des gorilles dans l’est du pays a permis de mieux comprendre les dommages causés par le conflit à cette précieuse biodiversité et les menaces permanentes de dommages supplémentaires, ainsi que les méthodes utilisées pour protéger la biodiversité et aider les communautés se développent. Cette expérience est combinée avec des recherches en cours qui s’appuient sur des preuves provenant d’autres régions de la RDC et du monde entier pour évaluer non seulement la valeur de la biodiversité, mais aussi comment cette valeur peut être réalisée le plus efficacement possible. L’analyse contenue dans cet article décrit l’impact des conflits armés sur la biodiversité en RDC et trouve qu’elle est extrêmement négative, à la seule exception des faibles taux de déforestation attribuables à l’insécurité persistante qui a servi à limiter l’exploitation du bois et qui a agi comme un moyen de protection efficace. Cependant, la possibilité d’un retour de la paix en RDC comporte des menaces importantes de dégradation de l’environnement, qui à leur tour pourraient compromettre la capacité du pays et de sa population à se relever d’un conflit. L’article souligne les menaces de perte de biodiversité tant pour la RDC que pour la communauté internationale – le danger des puits de carbone clés perdus contribuant ainsi à un changement climatique accru – pour démontrer l’importance de la biodiversité en tant que préoccupation de sécurité. Ensuite, il décrit les méthodes actuellement utilisées pour protéger la biodiversité et pour réaliser efficacement sa valeur en termes de services écosystémiques et de revenus monétaires. L’article tire des conclusions plus larges sur l’importance de la conservation de la biodiversité pour améliorer la sécurité et promouvoir le développement, affirmant que la fausse dichotomie entre conservation et développement en tant qu’entités et objectifs distincts doit changer, la conservation devenant un pilier central de la sécurité et du développement. À cet égard, on peut faire valoir que l’exemple de la RDC contient des enseignements pour d’autres régions du monde touchées par les conflits armés actuels ou récents.

Pour en savoir plus : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1468-2346.12145/abstract (indentifiant requis)


 

>Nature et santé

1.

Pour citer cet article : Keune, H., Kretsch, C., De Blust, G., Gilbert, M., Flandroy, L., Van den Berge, K., … Bauler, T. (2013). Science-policy challenges for biodiversity, public health and urbanization : examples from Belgium. Environmental Research Letters. 8. 2. 25015. 1-19.

Abstract : Internationally, the importance of a coordinated effort to protect both biodiversity and public health is more and more recognized. These issues are often concentrated or particularly challenging in urban areas, and therefore on-going urbanization worldwide raises particular issues both for the conservation of living natural resources and for population health strategies. These challenges include significant difficulties associated with sustainable management of urban ecosystems, urban development planning, social cohesion and public health. An important element of the challenge is the need to interface between different forms of knowledge and different actors from science and policy. We illustrate this with examples from Belgium, showcasing concrete cases of human–nature interaction. To better tackle these challenges, since 2011, actors in science, policy and the broader Belgian society have launched a number of initiatives to deal in a more integrated manner with combined biodiversity and public health challenges in the face of ongoing urbanization. This emerging community of practice in Belgium exemplifies the importance of interfacing at different levels. (1) Bridges must be built between science and the complex biodiversity/ecosystem–human/public health–urbanization phenomena. (2) Bridges between different professional communities and disciplines are urgently needed. (3) Closer collaboration between science and policy, and between science and societal practice is needed. Moreover, within each of these communities closer collaboration between specialized sections is needed.

Résumé : Sur le plan international, l’importance d’un effort coordonné pour protéger à la fois la biodiversité et la santé publique est de plus en plus reconnue. Ces problèmes sont souvent concentrés ou particulièrement difficiles dans les zones urbaines et, par conséquent, l’urbanisation continue dans le monde soulève des problèmes particuliers autant pour la conservation des ressources naturelles vivantes que pour les stratégies de santé de la population. Ces défis comprennent des difficultés importantes associées à la gestion durable des écosystèmes urbains, à la planification du développement urbain, à la cohésion sociale et à la santé publique. Un élément important du défi est la nécessité de faire le lien entre les différentes formes de connaissances et les différents acteurs de la science et de la politique. Nous illustrons cela avec des exemples de la Belgique, mettant en évidence des cas concrets d’interaction homme-nature. Pour mieux relever ces défis, depuis 2011, les acteurs de la science, de la politique et de la société belge ont lancé un certain nombre d’initiatives pour mieux intégrer les défis combinés de la biodiversité et de la santé publique face à l’urbanisation en cours. Cette communauté de pratique émergente en Belgique illustre l’importance de l’interface à différents niveaux. (1) Des ponts doivent être construits entre la science et les phénomènes complexes de biodiversité/écosystème-humain/santé publique-urbanisation. (2) Des passerelles entre différentes communautés professionnelles et disciplines sont nécessaires d’urgence. (3) Une collaboration plus étroite entre la science et la politique, et entre la science et la pratique sociétale est nécessaire. De plus, dans chacune de ces communautés, une collaboration plus étroite entre les sections spécialisées est nécessaire.

Pour en savoir plus : http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/8/2/025015/pdf (accès gratuit)

2.

Pour citer cet article : Shanahan, Danielle F., Lin, Brenda B., Bush, Robert, Gaston, Kevin J., Dean, Julie H., Barber, Elizabeth, & Fuller, Richard A. (2015). Toward Improved Public Health Outcomes From Urban Nature. American Journal of Public Health. 105. 3. 470-477.

Abstract : There is mounting concern for the health of urban populations as cities expand at an unprecedented rate. Urban green spaces provide settings for a remarkable range of physical and mental health benefits, and pioneering health policy is recognizing nature as a cost effective tool for planning healthy cities. Despite this, limited information on how specific elements of nature deliver health outcomes restricts its use for enhancing population health.We articulate a framework for identifying direct and indirect causal pathways through which nature delivers health benefits, and highlight current evidence. We see a need for a bold new research agenda founded on testing causality that transcends disciplinary boundaries between ecology and health. This will lead to cost-effective and tailored solutions that could enhance population health and reduce health inequalities.

Résumé : La santé des populations urbaines suscite de plus en plus de préoccupations à mesure que les villes se développent à un rythme sans précédent. Les espaces verts urbains offrent un cadre pour une gamme remarquable de bienfaits pour la santé physique et mentale, et les politiques de santé novatrices reconnaissent la nature comme un outil rentable pour planifier des villes saines. Malgré cela, des informations limitées sur la façon dont certains éléments de la nature produisent des effets sur la santé limitent son utilisation pour améliorer la santé de la population. Nous définissons un cadre permettant d’identifier les voies causales directes et indirectes par lesquelles la nature offre des avantages pour la santé. Nous voyons un besoin d’un nouveau programme de recherche audacieux fondé sur l’analyse de la causalité qui transcende les frontières disciplinaires entre l’écologie et la santé. Cela mènera à des solutions rentables et adaptées qui pourraient améliorer la santé de la population et réduire les inégalités en matière de santé.

Pour en savoir plus : http://ajph.aphapublications.org/doi/pdf/10.2105/AJPH.2014.302324 (accès gratuit)

3.

Pour citer cet article : Brethour C., Watson G. et al. (2007) : Revue de la littérature sur les bienfaits des produits de l’horticulture ornementale sur la santé et l’environnement, Rapport final, Georges Morris Centre, Groupe de réflexion indépendant canadien sur l’agroalimentaire.

Résumé : Le secteur canadien de l’horticulture ornementale, avec une production en 2005 qui s’est chiffrée à près de 2,2 milliards de dollars, est l’un des secrets agricoles les mieux gardés du Canada et un beau cas de réussite. Cependant, le marché intérieur des plantes ornementales est demeuré relativement stable. Pour survivre, l’industrie doit vendre plus de plantes ou de fleurs et obtenir des prix plus élevés. Cela nécessite de nouveaux modes de commercialisation concertés qui font la promotion des fleurs et des plantes ornementales d’une manière qui diffère de celle du passé. L’examen de la documentation a révélé que l’horticulture ornementale offre un plus grand nombre de bienfaits que prévu. Les plantes peuvent avoir de multiples bienfaits sur le plan de l’économie, de l’environnement et du mode de vie de l’humain. On trouvera dans ce texte les bienfaits suivants : économiques, environnementaux, sur le mode de vie [réduit le stress et augmente la productivité (au travail et dans les écoles), effets apaisants et réduit l’inconfort, accélère le rétablissement (dans les hôpitaux), favorise l’hortithérapie pour améliorer l’état d’esprit et l’état de l’organisme, dans les établissements de soins de longue durée, dans les prisons, améliore la santé humaine (grâce à leur utilisation en médecine), rehausse la satisfaction et le bien-être dans la vie, favorise les émotions positives, améliore la qualité générale de la vie dans les milieux urbains, améliore le niveau d’attention et de concentration des enfants; réduit l’agressivité et la violence]. Pour accroître les ventes, les activités de commercialisation peuvent être liées aux bienfaits qui ressortent de la documentation.

Pour en savoir plus : http://www.fihoq.qc.ca/medias/D1.4.1B.pdf (accès gratuit)

4.

Pour citer cet article : Bouzou N. et Marques Ch., (2016): Les espaces verts urbains, Lieux de santé publique, vecteurs d’activité économique, Etude Asterès

Résumé : Alors que plus de 8 Français sur 10 souhaitent habiter à proximité d’un espace vert, les municipalités allouent un budget trop limité aux espaces verts en ville : moins d’1% de leur budget annuel. Cette étude démontre pourtant que les espaces verts ont une influence directe sur la santé des citoyens, mais aussi sur l’attractivité des territoires. En un mot : les espaces verts constituent des investissements rentables pour la société. Ainsi, les citoyens vivant à proximité des espaces verts se sentent en moyenne 5 ans plus jeunes. Une meilleure santé déclarée et constatée : la prévalence des maladies courantes, comme l’hypertension artérielle et l’asthme, diminue. L’augmentation des espaces verts en ville pourrait ainsi permettre d’économiser 94 millions d’euros en dépenses de santé. De plus, les espaces verts sont à l’origine de création d’emplois (3 emplois tous les 200 000 euros investis, soit 3.5 plus que la moyenne des autres secteurs économiques), d’économies d’énergie (division de la facture énergétique par 2 grâce aux toitures végétalisées), mais aussi d’une meilleure valorisation du foncier : la présence d’un espace vert à 100 mètres peut représenter jusqu’à 10 000 euros de plus-value.

Pour en savoir plus : http://www.lesentreprisesdupaysage.fr/actualites/2016-valorisation-%C3%A9conomique-des-espaces-verts-etude-unep-et-nicolas-bouzou (accès gratuit)

5.

Pour citer cet article : Ulrich, Gebhard (2013) : Kinder-Psyche und Ökologie: Wie Natur die Entwicklung von Kindern beeinflusst, Springer VS

Abstract : Der Mensch ist als Teil der Natur im biologisch-materiellen Sinne an den Zustand der Natur gebunden. Ulrich Gebhard geht es um die psychische Seite dieses grundlegenden ökologischen Zusammenhangs und wie er sich auf die Entwicklung von Kindern auswirkt. Hierzu werden theoretische Annahmen – vor allem der Psychoanalyse und der Umweltpsychologie – entfaltet und vor diesem Hintergrund empirische Befunde und Beobachtungen ausgewertet. Neben der anschaulichen Darstellung, wie die äußere Natur – Tiere, Pflanzen und Landschaften – die innere Natur des Menschen beeinflusst und wie sich ein entsprechender Mangel – ‘unwirtliche Städte’ und ‘Umweltzerstörung’ – auswirken, werden ‘Naturerfahrung und Gesundheit’, ‘Naturerfahrung und Umweltbewusstsein’ und ‘Naturästhetik’ thematisiert.

Résumé : L’Homme est, au sens biologique-matériel, en tant que partie intégrante de la nature, relié à l’état même de cette nature. Ulrich Gebhard explique le coté psychique de cette relation écologique fondamentale et comment celle-ci influe sur le développement des enfants. À cet effet, les acceptions théoriques- avant tout issues de la psychanalyse et de la psychologie environnementale- sont expliquées et, devant cette toile de fond, des expertises et des observations empiriques sont exploitées. À côté de la représentation évocatrice, comment la nature extérieure- les animaux, les plantes, les paysages- influencent la nature intérieure de l’Homme et comment un manque correspondant à des villes inhospitalières et à la destruction de l’environnement ont des conséquences, les concepts d’ “expérience de nature et santé”, d’“expérience de nature et de conscience environnementale” et d’ “esthétique de la nature” sont des sujets de l’ouvrage.

Pour en savoir plus : http://www.springer.com/de/book/9783658018047 (accès payant)

 

 

0 Partages
NOUS REJOINDRE
0 Partages
Partagez
Tweetez